© Marion Cazy

Magie verte est l’histoire d’une forêt habitée pour quelques mois par des œuvres monumentales mises en valeur à travers le regard d’un photographe en mal de voyages. 

À l’origine de cette rencontre il y a une crise sanitaire, mais aussi et surtout un projet d’envergure, une exposition land art : La Forêt Monumentale installée dans la Forêt Verte aux portes de Rouen et qui avait pour objectif, entre 2019 et 2021, de permettre aux promeneurs d’appréhender la forêt avec un autre regard. 

À travers l’objectif de Christian Foutrel et grâce aux mots de Thierry Delacourt, Magie verte se lit d’abord comme un témoignage, celui des arbres, qui ont cohabité pendant deux ans avec ces œuvres contemporaines. Avec des jeux d’ombre et de lumière, au gré des passages d’une saison à l’autre, les pages nous emmènent à la découverte de treize apparitions fantastiques qui s’appuient sur la nature environnante pour mieux la valoriser. 

Mais Magie verte est aussi l’histoire d’une rencontre entre un photographe et une forêt sans artifice. La seconde partie de l’ouvrage offre ainsi un regard sur une nature qui a aussi des choses à exprimer et qui est tout aussi monumentale que les œuvres immortalisées dans les clichés précédents. Le lecteur/promeneur peut alors voir les arbres se parer d’or grâce aux rayons du soleil, les feuilles telles des notes de musiques créer une mélodieuse symphonie, des visages surgir des troncs tels des âmes protectrices, etc. Donnant la parole à la forêt pour qu’elle puisse nous conter son histoire, les mots de Thierry Delacourt ponctuent, page après page, ce très bel appel de la nature.

Le lecteur n’aura qu’une seule envie après la découverte de cet ouvrage : aller se balader en forêt pour laisser les arbres lui conter de nouvelles histoires. 

« Fibres et lambeaux

Juste un pliage à prendre avec l’âge : savoir jouer de ses rides pour en faire des joyaux, exploiter craquements et tremblements pour en tisser des tableaux. Et à chaque rosée, susurrer fièrement : ceci est ma peau. »

Magie verte, l’autre forêt monumentale